Eddine Belmahdi revisite le Karakou chéri par tradition

Par Malak Lamrabet
Eddine Belmahdi ©DR
Eddine Belmahdi ©DR

Conserver l’aura et la préciosité du Karakou tout en l’acclimatant à notre époque, telle est la signature du jeune créateur Franco-algérien Eddine Belmahdi. De Paris à Alger en passant par Hollywood, ce jeune styliste de talent, marche sur les pas des grands créateurs de mode comme Giorgio Armani ou encore Elie Saab. Ses créations alliant sophistication et classe à l’algéroise, ont séduit de plus en plus de femmes, qui ont touché l’originalité de sa démarche. Une chose est indubitable c’est qu’il puise son inspiration dans ses origines algériennes dont il ne cache pas sa fierté.

 

Deeja, la première collection 

 

Eddine Belmahdi a une passion innée pour la haute couture, soutenue par l’élan artistique de sa famille, son grand-père était photographe et sa mère une artiste peintre, «ils m’ont toujours poussé à dessiner et être créatif» déclare Belmahdi lors d’une interview accordée à notre magazine. A l’âge de 7 ans, il avait l’habitude de regarder, avec sa mère, un récapitulatif pendant une minute des défilés haute couture de la fashion week parisienne. «Un jour j’ai dit à ma mère: moi aussi je peux faire des tenues pareilles et elle m’a répondu «non mon fils le but ce n’est pas de savoir le faire c’est de penser à le faire en premier» cette phrase est restée gravée dans ma mémoire et m’a donnée envie de créer quelque chose en premier» raconte le jeune styliste. Cette envie a donné naissance à «Deeja», la première collection de Belmahdi, à travers laquelle, il a voulu rendre hommage à sa grand-mère décédée des suites d’un accident de circulation, et depuis les succès produisent les succès..

La pièce maîtresse dans les créations de Belmahdi est «Le Karakou», une tenue algérienne traditionnelle, plus précisément algéroise, faite à la main de matières nobles notamment le velours, brodée de fils d’or et ornée de perles. Le Karakou a des siècles d’existence, son berceau c’est l’empire Ottoman, influencé par la suite par la civilisation berbero-andalouse. Cette tenue, réservée à l’époque, à l’élite algéroise, se compose d’un Seroual et d’une veste avec de grosses épaulettes qui donnent allure à la femme. « le Karakou est la quintessence même du savoir-faire et du raffinement algérien..je voyais ces femmes avec ces grosses vestes avec des épaulettes et leurs «seroual» et des jambes apparentes, j’ai toujours trouvé ça hyper féminin et du coup j’ai décidé d’en faire ma pièce maîtresse, de la revisiter et de me l’approprier» affirme le jeune couturier. Aujourd’hui le Karakou désigne uniquement la veste, que les femmes ont tendance à porter avec des jupes et des pantalons modernes.

Le jeune créateur, à travers sa quête à faire rayonner, en Europe, la culture maghrébine en général et algérienne en particulier, il s’inspire énormément des femmes, «je veux toujours représenter une femme indépendante, une femme riche en savoir et en culture» fait savoir Eddine Belmahdi. être traditionnel sans être folklorique, est la touche magique de ce styliste dans ses créations qui allient à la fois tradition et modernité, des tenues que les femmes occidentales ont accueilli avec beaucoup d’admiration, «je me demande toujours si ma mère qui n’est pas maghrébine (franco-italienne) porterait une de mes créations sans se sentir déguisée» Tel était la réflexion de Belmahdi avant d’entailler une tenue. Il a voulu aussi aider les femmes algériennes à travers le monde à renouer avec ce vêtement traditionnel qu’elles ont enterré au fond de leur placard.

Le Karakou algérois s’internationalise !

 

Aujourd’hui Eddine Belmahdi a réussi à faire reluire le Karakou dans les plus grands évènements de mode de par le monde, comme la «fashion week parisienne», «la fashion star» sur Dubai TV, pour n’en citer que quelques-uns. Sa marque pour laquelle, il a choisi le logo de l’abeille, qui fait partie des hyménoptères où la femelle est souveraine, tout comme dans ses créations où il ennoblit la femme, Belmahdi attire aujourd’hui avec sa marque des célébrités comme la commedienne franco-marocaine Sara Tekaya, Elue aussi Miss Queen of queens au Liban, Kamilya Ward une chanteuse algérienne, la célèbre influenceuse franco-algérienne Maroua alias «The Doll Beauty», Nesreen Tafesh, actrice et chanteuse syrienne et son ambition ne s’arrête pas là, il rêve d’habiller un jour l’icone de beauté Monica bellucci ou encore Haifa Wehbe. À pas de loup, Eddine Belmahdi est déterminé à laisser une empreinte indélébile dans l’univers de la haute couture avec ses créations.